- Espèce endémique de Madagascar-

Le lémurien

 

 

La cistude

Une espèce adorée et variée

  Il existe une centaine d’espèces de lémuriens, avec des critères physiques différents, cependant ce sont tous des primates que nous retrouvons naturellement et exclusivement à Madagascar. Les lémuriens vivent dans les réserves naturelles, dans les parcs nationaux où dans leurs habitats naturels à l’état sauvage. Cette espèce, qui a souvent fait l’objet de légendes malgache. Certaines populations malgaches y sont très attachées, car il est perçu comme un porte bonheur. A contrario, d’autres communautés le voient comme un mauvais présage et ne s’en approche pas.

Les raisons du déclin de sa population

Destruction de son Habitat

Son habitat se détériore à cause notamment de la déforestation abusive, de la pollution, du changement climatique, des conflits entre les hommes, l’activité de l’homme, la dégradation des écosystèmes etc. Les habitats se détruisent par le biais de l’homme mais aussi par des catastrophes naturelles.

madagascar-lémurien-sauvegarde
Le fait de l'homme

L’homme est le plus grand prédateur de chaque espèce et de chaque habitat. Par son influence, son activité, sa sur-consommation, le braconnage, la déforestation, la surexploitation de la biodiversité et des ressources naturelles, la surchasse… Il détruit toute la biodiversité dont les espèces et leurs habitats.

madagascar-lémurien-protéger
LA PAUVRETÉ

Sur l’île malgache, certaines populations sont défavorisées et démunies. Il est difficile pour certaines familles de subvenir à leurs besoins. Ainsi, la chasse aux lémuriens est un moyen de subvenir à leurs besoins alimentaires. Besoin essentiel pour leur survie. Il est nécessaire d’aider ses populations pour aider cette espèce. 

sauver-lemur-madagascar

Nature Network Fund

Le primate le plus menacé d’extinction.

Le lémurien est en danger critique d’extinction. C’est le primate le plus menacé dans le monde. En effet, 105 sur 111 espèces de lémuriens sont menacées. D’après L’UICN c’est 95% de lémurien qui serait en danger d’extinction.  Un tiers sont en danger critique d’extinction. La cause principale de ce désastre environnemental est la déforestation.

La situation concernant ce primate adoré par le public est inquiétante, il pourrait disparaître des forêts malgaches dans quelques années si aucunes actions ne sont mises en place pour les conserver.

Les raisons de la sauver

C’est une espèce emblématique de Madagascar, sacrée et considérée comme la réincarnation de leurs ancêtres. Les lémuriens jouent un rôle important dans la conservation des forêts et la protection des espèces qui y vivent. En effet, la disparition des lémuriens entraînerait la destruction des forêts et par ricochet les espèces qui y habitent s’éteindrait. Cette espèce est essentielle pour la reforestation de Madagascar.

La taille et le poids du lémurien diffèrent selon l’espèce. Le lémurien n’est jamais seul ! c’est une espèce très sociable ! Il vit dans un groupe d’une quinzaine de membres. L’alimentation dépend aussi de l’espèce. Les plus petits se nourrissent essentiellement de fruits et d’insectes. Ils sont frugivores et insectivores. Tandis que les plus gros sont herbivores. Ils deviennent tous omnivores quand ils sont affamés et que leur survie en dépend ! 

La saison des amours ne dure que trois semaines. Pour certains lémuriens l’accouplement est monogame ! Le lémurien met au monde une portée qui peut aller de deux à quatre petits, après une période de gestation de 9 à 24 semaines. Il faut faire une différence entre les lémuriens diurnes qui eux ne donnent naissance qu’à un seul petit, tandis que les lémuriens nocturnes (les plus petits en taille) donnent naissance à plusieurs bébés.

Nature network Fund

Nos actions

Travailler pour la conservation de cette espèce avec les entités qui s’occupent de sa sauvegarde 

Développer les mesures de conservation pour réduire la destruction de l’habitat  et assurer sa revitalisation de l’habitat 

Sensibiliser un large public dont les écoles à la protection de l’environnement dans les régions où il vit 

Participer aux projets de conservation et possible réintroductions, notamment en France et en Suisse

Soutenir financièrement des actions de conservation sur le terrain